lundi 21 août 2017

Cogs (Steam) Lazy 8 Studios

Autant le dire tout de suite : la cinquantaine de puzzles proposés par "Cogs" ne sont au fond que des problèmes de Taquin.

Tout le monde connaît le jeu du Taquin, où l'on doit reconstituer une image sur une grille de tuiles coulissantes : la grille comporte un seul trou, grâce auquel on décale les tuiles jusqu'à ce que chacune retrouve sa place petit à petit. Le génie de "Cogs", c'est de construire à partir de cette base simple et intuitive de nombreuses variantes ludiques créatives et amusantes.

Déjà, le but n'est pas ici de "bêtement" reconstituer une image, mais de faire fonctionner des mécanismes composés d'engrenages et de tuyaux véhiculant de la vapeur, qui sont très bien représentés à l'écran avec de jolis effets de cuivre, de fer et de boiseries, et qui s'animent de façon très satisfaisante une fois les puzzles complétés (par exemple, un appareil à hélice s'envolera grâce à la rotation de son hélice, une fusée alimentée en carburant décollera, une boîte à musique jouera sa mélodie, etc.).


Les problèmes proposés sont simples au départ mais s'enrichissent très vite, avec des puzzles en 2D comportant des éléments sur leurs deux faces, des puzzles en 3D où les tuiles coulissent sur des cubes ou des cylindres, des gaz de couleurs primaires qu'il faut mélanger afin de créer des couleurs secondaires, des carillons à synchroniser avec soin, des engrenages de différentes tailles qui se superposent et permettent d'augmenter ou diminuer la vitesse de rotation en bout de chaîne, etc.
Objectivement, le joueur fait toujours la même chose dans "Cogs" (du Taquin), mais il est amené à réfléchir différemment à chaque puzzle grâce à des mécaniques constamment renouvelées et grâce à un level design toujours plus complexe, le jeu restant tout du long très prenant et divertissant.

Pour ce qui est de la progression et de la difficulté, le jeu évalue pour chaque puzzle du mode principal trois critères, récompensés chacun d'une médaille de bronze, d'argent ou d'or, chaque médaille valant elle-même de une à trois petites étoiles : il faut résoudre le problème (une médaille d'or obtenue directement), le faire en dessous d'un temps imparti, et le faire sous un certain nombre de coups. Si l'on gagne les trois médailles d'or en une seule fois, une petite étoile supplémentaire nous est accordée.
En plus de cela, résoudre un puzzle du mode principal débloque deux versions "Défi" de ce même puzzle : une où seul le critère de temps est évalué, et l'autre où seul le nombre de coups est évalué. Chaque défi peut là encore rapporter de une à trois petites étoiles, pour un total commun à tous les modes de seize petites étoiles par puzzle.


Ce sont ces petites étoiles qui débloquent petit à petit les niveaux, ce système étant assez souple pour progresser loin dans le jeu tout en faisant l'impasse sur tel ou tel puzzle ou tel ou tel aspect ludique (le temps limité, notamment, qui agace certains joueurs). Dans l'ensemble, "Cogs" réussit à présenter une difficulté stimulante tout en restant relaxant, et reste très accessible jusqu'à la fin.

Enfin, je tiens à mentionner que l'interface du jeu est somptueuse, que celui-ci n'a pas tellement vieilli graphiquement alors qu'il est sorti en 2009, et qu'en sept ans il a toujours parfaitement fonctionné chez moi sur trois PC successifs. Je joue et rejoue encore à "Cogs", et je le recommande donc à tous les amateurs de jeux de puzzles.

Aucun commentaire