dimanche 7 octobre 2018

Monster Hunter World (Steam) Capcom

Monster Hunter est une série qui repose toute entière sur des combats de boss en milieux naturels : on y joue un chasseur devant abattre de grands monstres, leur dépouille produisant alors des matériaux permettant de construire un meilleur équipement, cet équipement permettant à son tour de chasser d'autres monstres plus redoutables, etc. jusqu'à se frotter à des créatures mythiques. On associe souvent la série au jeu multijoueur (jusqu'à quatre joueurs en ligne), mais elle peut tout à fait se pratiquer en solo local, ce que je fais avec bonheur depuis près de dix ans. J'ai découvert la série sur Wii, et j'y ai depuis passé des centaines d'heures : Monster Hunter est très prenant voire addictif, son gameplay est très complet et très précis, ses monstres sont extrêmement bien conçus et bien animés, et ses jeux offrent de nombreux aspects stratégiques qui les rendent passionnants (armes et équipements variés, matériaux obtenus en visant certaines parties des monstres, attaques et défenses élémentaires, etc.).

Jusqu'à présent, deux choses empêchaient la série d'exprimer tout son potentiel : d'abord, sa réalisation était limitée par la faible puissance des machines sur lesquelles elle sortait (PS2, consoles portables, Wii) et par des questions d'investissement puisque la série n'était pas assez populaire en occident, et ensuite, toute une couche de mécaniques de JRPG compliquaient trop les jeux en les rendant horriblement laborieux et rigides, pour ne pas dire hermétiques.

C'était sans doute l'aspect le plus pénible de Monster Hunter : des choses simples étaient gérées de façon absconse, par exemple, ramasser du minerai se faisait en ramassant d'abord les éléments nécessaires à la fabrication d'une pioche, puis il fallait en créer plusieurs puisque les pioches étaient ridiculement fragiles et se brisaient très vite, il fallait ensuite ranger ces pioches dans notre inventaire (où elles prenaient de la place), aller sur le terrain, miner, gérer la place prise dans l'inventaire par le minerai, etc.


Tout était comme ça : il fallait passer beaucoup trop de temps dans des menus sans fin, jongler avec son inventaire, surveiller des statistiques, effectuer sans cesse des déplacements superflus, combattre plusieurs dizaines de fois un même monstre pour qu'un matériau rare tombe enfin... Les jeux étaient aussi très opaques : il n'y avait aucun renseignement sur les faiblesses des monstres, l'origine des matériaux, l'arbre de fabrication des armes, etc. ce qui contraignait à jouer en consultant sans cesse Internet, voire en installant sur son PC ou son smartphone une application indépendante créée par la communauté. Rien de tout cela n'enrichissait réellement le véritable contenu des jeux, à savoir les combats contre les monstres, il s'agissait plutôt d'un prix à payer pour profiter de ce que la série avait de mieux à offrir.

"Monster Hunter World" est un tournant historique puisqu'il se débarrasse d'un seul coup de ces deux handicaps, en bonne partie grâce à la percée de popularité que la série a réalisée en occident sur consoles Nintendo. Enfin un Monster Hunter est à la hauteur technique des machines modernes, ce qui lui permet de concrétiser pleinement son pitch de chasse dans un milieu naturel : au lieu d'avoir une suite de petites arènes dépouillées et très artificielles comme auparavant, on a ici d'immenses environnements naturels, organiques, riches et complexes, qui offrent énormément d'opportunités ; l'immersion et l'action en profitent spectaculairement.

Parallèlement à cela, le jeu est incroyablement plus clair et plus ergonomique, même si les premières heures de jeu peuvent nous surcharger d'informations : toute la couche de JRPG que je décrivais plus haut a été enlevée ou assouplie, ce qui est une véritable libération. Tout est plus simple, rapide, agréable, lisible, modulable, motivant, sans rien enlever à la partie "chasse" du jeu, bien au contraire, l'ergonomie naturelle de l'interface permet de se focaliser sur l'essentiel.


Sur le terrain, le jeu est aussi beaucoup plus souple, les combats sont moins inspirés par la logique du jeu de rôle au tour par tour et sont bien plus proches de la dynamique d'un jeu d'action : on dispose maintenant de plusieurs campements au sein d'un même environnement entre lesquels on peut voyager instantanément afin d'éviter les temps morts, les monstres se battent entre eux lorsqu'ils se croisent (ENFIN) au lieu de se liguer magiquement contre nous, la possibilité de sauter sur le dos des monstres a été nettement approfondie, l'environnement est beaucoup plus interactif avec de nombreux éléments pouvant être exploités lors des combats... tout est beaucoup plus fluide, amusant, crédible, intuitif, vivant.

Le seul défaut que l'on pourrait trouver à "Monster Hunter World" est son contenu relativement réduit par rapport à d'autres jeux de la série (qui pouvait jusqu'ici recycler sans cesse les mêmes ressources remontant à la PS2), même s'il vaut largement son prix de lancement (au moment où j'écris ces lignes, j'ai passé plus de 200 heures sur le jeu et je n'en ai pas encore fini avec lui). On peut aussi trouver le jeu un peu trop facile. Personnellement, j'ai passé plus de 280 heures sur "Monster Hunter 4 Ultimate" sur 3DS, qui comporte plus de monstres, d'armures, d'armes, etc. mais je ne peux plus y retourner après avoir joué à "Monster Hunter World" : après avoir vu Dieu, on ne peut plus retourner au veau d'or.

Enfin, il faut bien parler des questions techniques. La version Steam du jeu a été durement critiquée à son lancement à cause de problèmes d'optimisation et de déconnexions fréquentes, ou d'une trop grande complexité dans la gestion du jeu en ligne. Pour ma part, j'ai bénéficié d'une grosse configuration et je n'ai rencontré quasiment aucun bug ou ralentissement. De plus, le jeu a très vite connu de nombreuses mises à jour corrigeant tout problème éventuel. J'ai peu joué en ligne, mais je n'ai pas subi de déconnexion.

"Monster Hunter World" est une renaissance de la série, et le point d'entrée idéal pour un nouveau venu. Foncez !

Aucun commentaire