vendredi 18 décembre 2020

Alien Splatter Redux (Steam) Sinclair Strange

"Alien Splatter Redux" a un projet assez simple : nous faire revivre l'expérience de la première console Nintendo, et en particulier celle des jeux à la "Ninja Gaiden", mais sans les lourdeurs, les aspects frustrants ou la difficulté abusive de l'époque. Tout en étant un "petit" jeu assez court et peu original, il atteint brillamment son objectif et vaut largement son prix dérisoire...

En pratique, "Alien Splatter Redux" paraît immédiatement familier si l'on connaît la NES : on l'a dit, le jeu s'inscrit dans la lignée de "Ninja Gaiden", et il rend plus précisément hommage aux productions Natsume comme "Shatterhand" ou "Shadow of the Ninja" (lors du lancement du jeu, le nom de l'auteur, Sinclair Strange, s'affiche de l'exacte même façon que le logo de Natsume au boot de "Shadow of the Ninja"). Et donc, comme dans ces jeux, on court dans de jolis décors détaillés, on saute, on collecte des armes aux munitions limitées (spoiler : le boomerang est de loin la meilleure), on perd brutalement une vie en chutant dans le vide parce qu'un ennemi ou un projectile nous aura heurté en plein saut, on compose avec le gimmick du niveau en cours (cascades nous poussant dans un sens ou dans l'autre, plateformes gelées, vent affectant nos sauts, etc.), on est pris de sueurs froides lors de segments de platforming périlleux, on se fait tuer en un coup par des lasers dont il faut apprendre l'agencement par cœur, on affronte des boss imposants qui ont le bon goût de ne pas s'éterniser...


Qu'il s'agisse du gameplay ou de la patte graphique, on s'y croirait, mais le jeu se distingue favorablement d'un projet voisin comme "Oniken" par exemple : "Oniken", que j'ai fini par effacer de ma collection de jeux, réussissait tellement à imiter un jeu NES qu'il en avait aussi tous les défauts, au point où l'on pouvait s'interroger sur l'intérêt de son existence. "Alien Splatter Redux", lui, retranscrit parfaitement l'atmosphère et la logique old school parfois brutale de ses modèles mais il ne devient jamais laborieux, parvenant à garder un rythme extrêmement fluide jusqu'au bout et à toujours rester très prenant : son gameplay a des bases très simples avec peu d'ennemis distincts même s'il se renouvelle régulièrement grâce aux gimmicks de ses niveaux, et les niveaux eux-mêmes sont courts et directement accessibles depuis un menu une fois débloqués ; la rugosité du jeu est donc compensée très efficacement.

"Alien Splatter Redux" compte sept niveaux principaux auxquels il faut ajouter un niveau bonus ressemblant à un jeu Game Boy, un niveau bonus "bugué" très amusant, et un boss rush. Tous les niveaux sont visuellement très soignés et ont une forte personnalité, les musiques sont appropriées, les succès sont bien pensés et agréables, et le jeu est tellement rapide, fluide, nerveux et plaisant qu'il se prête bien à être rejoué de temps à autre, comme une borne d'arcade de l'âge d'or. Comparé à "Oniken", ce jeu prouve que l'humilité à du bon, et que la fidélité littérale n'est pas forcément le plus bel hommage que l'on puisse rendre à une période...

Aucun commentaire

(Toute première page) Article plus ancien Accueil