mardi 16 janvier 2018

The Basement Collection (Steam) Edmund McMillen

"The Basement Collection" est un recueil de huit jeux Flash de Edmund McMillen (et non neuf comme le prétend sa description), avec en bonus quatre petits jeux mineurs à lancer directement depuis le répertoire d'installation de la collection.

Tous les jeux de la collection peuvent se trouver gratuitement sur Internet, mais ils sont ici présentés depuis un menu très plaisant avec des sauvegardes locales, un assortiment de succès, du déblocage de contenu au fil de nos progrès, et surtout beaucoup de documents relatifs aux jeux ou à l'auteur : dessins, bandes dessinées, planches de design de personnages, prototypes interactifs, fichiers audio d'interviews, extraits du film "Indie Game : The Movie" dont des scènes coupées, etc.


Plus qu'une ordinaire compilation de jeux, il s'agit donc ici davantage d'une sorte de livre d'art interactif qui nous permet de mieux comprendre Edmund McMillen en tant qu'artiste. Si on ne considère pas le jeu vidéo comme une expression artistique ou si on ne s'intéresse pas à Edmund McMillen, auteur de "Super Meat Boy", "The End Is Nigh" ou "The Binding of Isaac", l'intérêt de cette collection sera sévèrement limité, mais dans le cas contraire on découvrira quelqu'un de bien plus sensible, subtil et réfléchi que le côté outrancier de ses univers ne le laisse imaginer. En ce qui me concerne, je me suis régalé, et mon appréciation de McMillen et de ses jeux a très nettement crû.

Pour ce qui est des jeux eux-mêmes, les meilleurs (et de loin) sont à mon avis "Time Fuck" (ci-dessus) et "Spewer" (ci-dessous), pour des raisons différentes : le premier pour la qualité de ses puzzles et surtout son ambiance oppressante, et le second pour son gimmick de manipulation des fluides très original et extrêmement bien maîtrisé (et répugnant). "Aether" est quant à lui touchant et poétique, comme "Coil" à sa façon, même si point de vue gameplay l'un comme l'autre sont légers. "Meat Boy" est décevant, sa maniabilité (comme le remarque McMillen lui-même) étant atroce à comparer de "Super Meat Boy", et "Triachnid", "A.V.G.M." et "Grey Matter" valent davantage pour leur message ou leur côté expérimental qu'autre chose.


À l'époque de leur sortie, ces jeux avaient de gros problèmes de performances, Flash étant une usine à gaz, mais de nos jours ils sont heureusement parfaitement fluides. Je recommande de jouer au clavier : il y a une configuration automatique du pad pour simuler les touches utilisées par les jeux, mais cela fonctionne mal, comme si les touches restaient enfoncées de temps à autre. Il n'y a aucun problème au clavier, qu'il vaut de toute façon mieux utiliser puisque plus de la moitié des jeux nécessitent la souris. Les touches sont configurées pour un clavier QWERTY, mais Windows permet de basculer facilement de AZERTY en QWERTY et inversement, donc ça n'est pas un problème. Toujours pour ce qui est de la langue, attention : tout est en Anglais non sous-titré, il vaut donc mieux maîtriser l'Anglais pour comprendre les documents audio et vidéo.

Au bout du compte, si les jeux n'étaient pas gratuits sur Internet, j'aurais dit que "Time Fuck" et "Spewer" valent à eux seuls très largement le prix de la collection, mais le cœur du problème est : vous intéressez-vous à Edmund McMillen ou pas ? Pour ma part, avant de jouer à cette collection, je m'y intéressais un peu (suffisamment pour acheter la collection en tout cas), et après y avoir joué, je m'y intéresse BEAUCOUP - je recommande donc cette collection à tous les amoureux du jeu vidéo et aux esprits curieux.

Aucun commentaire