dimanche 14 janvier 2018

Völgarr the Viking (Steam) Crazy Viking Studios

Mettons les choses au clair : "Völgarr the Viking" prétend dans son pitch revenir à "l'âge d'or de l'arcade", mais il n'a en réalité rien d'un jeu d'arcade malgré ses clins d'œil à "Rastan". En fait, il s'agit d'un pur "die & retry" au rythme lent et posé, sans compteur de vies ni limite de temps, qui repose sur la mémorisation plutôt que sur l'adresse ou sur les réflexes. Le jeu a donc moins de rapport avec l'arcade qu'avec des jeux Amiga comme "Rick Dangerous" ou "Shadow of the Beast", "Völgarr the Viking" rappelant assez nettement ce dernier, mais en moins beau et avec une maniabilité (heureusement) bien plus souple et intéressante.

Le héros de "Völgarr the Viking" a une panoplie de mouvements assez complète : il peut frapper avec son épée, sauter, réaliser un double saut qui exécute automatiquement une attaque circulaire, s'accroupir, effectuer une roulade (par défaut, il faut pour cela s'accroupir puis appuyer sur le bouton de saut, mais on peut l'affecter à un bouton), et enfin lancer un pieu (par défaut, il faut aller vers le haut puis appuyer sur le bouton d'attaque, à la "Castlevania", mais on peut ici aussi affecter l'action à un bouton). On peut enfin presser un bouton pour avoir une vue plus générale de l'action, ce qui est vital pour anticiper certains pièges ou ennemis.


Il y a beaucoup de subtilités dans la palette d'actions du jeu, qu'il faut bien maîtriser pour avancer sans frustration ni malentendu. Les pieux sont très importants (ils sont en fait plus utiles que notre épée) puisqu'ils peuvent notamment se ficher dans les murs et être ainsi utilisés comme plateformes pour grimper. En laissant le bouton d'attaque appuyé et si on dispose d'un bouclier en métal, on peut aussi "charger" la puissance d'un pieu et lui faire traverser plusieurs ennemis et occasionner plus de dégâts. Réaliser une roulade permet de traverser les ennemis sans dommage et tourne automatiquement l'orientation de notre viking, ce qui fait que l'on peut esquiver un ennemi fonçant vers nous puis aussitôt le tuer à coups d'épée dans le dos, ce qui a une classe folle. Notre héros trouvera également sur son chemin des coffres qui amélioreront son équipement : le bouclier en bois ou celui en métal permettent de parer les coups sans action délibérée, simplement en le positionnant au bon endroit et au bon moment, y compris quand on monte à une corde avec le bouclier rangé dans le dos. Le bouclier en bois s'use jusqu'à disparaître, mais pas celui en métal.

Toutes ces particularités, correctement exploitées, permettent d'assez facilement parcourir un niveau sans encaisser de dégâts, le jeu tout entier consistant à trouver puis à mémoriser la bonne suite d'actions à effectuer, ce qui relève parfois quasiment du jeu de puzzles. On meurt assez souvent dans "Völgarr the Viking", mais le jeu reste toujours addictif et motivant car pour peu que l'on ait bien compris sa logique, on ne tombe jamais deux fois de suite dans le même piège, et on progresse donc toujours plus loin dans des niveaux variés et bien mis en scène. Parcourir un niveau sans commettre d'erreur est grisant, nous donnant l'impression d'être un guerrier indestructible doué de réflexes surhumains, alors qu'en fait on a simplement trouvé la bonne procédure en tâtonnant, façon "Dragon's Lair" (en bien plus juste).

"Völgarr the Viking" compte six niveaux, chacun se terminant par un boss. Notre progression est sauvegardée au début de chaque niveau : au lancement du jeu, on pourrait croire que l'on doit tout recommencer à zéro, mais on peut en réalité aller directement au niveau suivant (s'il est déjà débloqué) en allant à gauche juste après l'apparition du héros. Il y a deux checkpoints dans les cinq premiers niveaux, un au début et un au milieu, il n'y a hélas pas de checkpoint juste avant les combats de boss, ceci les amenant à être plus faciles et plus superficiels qu'ils ne le devraient, même s'ils arrivent à nous frustrer en nous tuant trop vite jusqu'à ce que l'on ait compris leur fonctionnement (ou jusqu'à ce que l'on ait regardé une vidéo sur YouTube, ce que je recommande : les boss ne sont pas très intéressants à part le dernier, et refaire la moitié d'un niveau juste pour retenter sa chance est laborieux).


Ironiquement, le dernier niveau de "Völgarr the Viking" est de loin le plus facile puisque les checkpoints y sont très fréquents pour compenser son agressivité, ruinant l'équilibre du jeu. Pour les plus acharnés, en plus du défi principal, tous les niveaux après le premier existent en version plus dure en empruntant le "chemin de la Valkyrie", auquel on accède en ayant pillé suffisamment de coffres sans encaisser de dégâts. De ce que j'ai vu de ces niveaux, ils sont très artificiels (façon "je t'ai eu") et n'ont pas la fluidité du jeu principal, je les ai donc ignorés.

Au final, "Völgarr the Viking" est un "die & retry" sympathique, pas très beau mais agréable et à l'action très fluide. Si vous voulez une expérience "arcade", je vous recommanderais plutôt le fantastique "Cursed Castilla" qui est à mon avis un bien meilleur jeu malgré un prix similaire, et si vous voulez du "die & retry", je vous recommanderais plutôt le fabuleux "1001 Spikes" là encore pour un prix similaire, le jeu étant plus nerveux, mieux adapté aux parties courtes, plus fourni et plus intéressant... "Völgarr the Viking" reste ceci dit un bon jeu et je le recommande à petit prix, lors d'une promotion par exemple.

Aucun commentaire