lundi 4 juin 2018

Rez Infinite (Steam) United Game Artists

Il est amusant de se souvenir qu'à la sortie de "Rez" sur Dreamcast et PlayStation en 2001 et 2002, certaines critiques ont été très sévères : un jeu aussi court, basé sur le scoring, affichant de la 3D non texturée et même de la 3D en fil de fer, en 2001 ? Désuet ! Archaïque ! Ce genre de jeu n'a pas d'avenir !

Et pourtant, sept ans plus tard en 2008, "Rez" ressortait sur le Xbox Live Arcade sans prendre une ride, et seize ans plus tard en 2017, il ressortait sur PC toujours sans une ride - c'est bien simple, pour quelqu'un n'ayant jamais entendu parler du jeu original, "Rez" pourrait passer pour un jeu indépendant récent comme "Thumper" par exemple ; peu de jeux de 2001 peuvent s'en vanter...

Pour ceux qui ne connaîtraient pas "Rez", "Rez" est un jeu de tir sur rails très simple : on y joue un programme devant infiltrer un réseau informatique (comme dans le film "Tron" de 1982 dont le jeu s'inspire), ce qui en pratique consiste tout bêtement à tirer sur les divers systèmes de sécurité du réseau et à neutraliser leurs attaques avant qu'elles ne nous atteignent. Tout le jeu se joue à l'aide d'un stick analogique, un bouton pour le tir, et un bouton pour déclencher les smart bombs : le stick ne dirige pas notre héros mais seulement son réticule de visée, et le bouton de tir fonctionne selon un système de "lock", verrouillant les cibles passant sous le viseur lorsque le bouton est pressé (jusqu'à huit cibles verrouillées) et tirant sur les cibles en question une fois le bouton relâché.


Le défi de "Rez" repose sur deux mécaniques principales : les déplacements du viseur sont assez lents (en tout cas au stick) et on doit donc bien gérer sa trajectoire afin de viser en priorité les cibles les plus pertinentes, et le gain de score obtenu en détruisant les ennemis est d'autant plus élevé que l'on a de cibles verrouillées, ce qui incite à cumuler les cibles en retenant son tir, et donc à prendre des risques. En plus de cela, il faut bien sûr savoir utiliser les smart bombs à bon escient, et collecter soigneusement les unités d'énergie et les smart bombs cachées dans le décor ou qui apparaissent lorsque certains ennemis sont détruits.

Ce gameplay est très simple et accessible, les mécaniques du jeu sont servies par un bestiaire ennemi et un level design arrivant à varier les situations malgré des bases ludiques très épurées (les boss en particulier sont spectaculaires), le défi n'est pas trop dur, et la course au score est motivante - tout cela rend l'expérience très plaisante, mais au-delà du jeu en tant que jeu, une large part du charme de "Rez" (n'en déplaise aux critiques de 2001) réside aussi voire surtout dans sa présentation...

Les concepteurs de "Rez" ont en effet parfaitement compris l'attrait de l'esthétique de "Tron" et ont su prolonger ses idées pour un résultat nettement plus abouti, nous embarquant dans un voyage magnifique et halluciné. Dans son générique de fin, le jeu rend hommage au peintre et graveur Vassily Kandinsky, et on ne peut en effet qu'admirer la façon dont les graphistes de "Rez" ont assimilé et appliqué ses théories sur les mouvements et les couleurs. En plus de sa débauche d'imagination et sa beauté abstraite, "Rez" a de plus l'intelligence de fusionner harmonieusement l'action ludique, la musique et les graphismes : nos actions ont un impact sur la musique, la musique a un impact sur les graphismes, etc. et il résulte de toute cette symbiose une expérience unique qui sert encore de référence de nos jours.

L'édition Steam reprend tout le contenu du jeu d'origine ainsi que le contenu du jeu sur Xbox Live Arcade, et elle y ajoute quelques éléments dont le 4k et la réalité virtuelle. Je n'ai pas pu tester ces deux dernières options, mais le reste est sans défaut : les menus sont bien plus clairs et plus beaux que ceux de la version Xbox Live Arcade, et je n'ai remarqué aucun problème avec le jeu, je n'ai notamment pas constaté les problèmes sonores cités par certaines évaluations Steam.


La nouvelle zone, la "Area X", n'a par contre pas beaucoup d'intérêt, et n'en a pour ainsi dire aucun si on ne dispose pas d'un casque de réalité virtuelle : la zone est courte et poussive, le défi est inexistant, et l'esthétique est cette fois-ci toute entière basée sur des effets de particules, sans doute très jolis en relief mais qui tombent à plat (c'est le cas de le dire) sur une simple TV ou un moniteur, les graphismes de la zone étant d'ailleurs très peu lisibles en 2D (mais comme le défi y est inexistant de toute façon)...

Le jeu permet de jouer avec autre chose qu'un stick analogique (souris, visée au casque de réalité virtuelle), mais cela déstructure totalement le défi, qui comme on l'a dit repose sur la relative lenteur du réticule de visée : si vous comptez jouer pour le défi ou le score, faites donc attention à ne pas vous gâcher le jeu (pour la "Area X", il vaut bien sûr mieux jouer au casque ou à la souris).

"Rez" est au final un très grand classique du jeu vidéo, toujours aussi accessible, toujours aussi prenant, et toujours aussi beau, et cette version du jeu est la meilleure à ce jour. À posséder absolument, sur Steam ou ailleurs.

Aucun commentaire