jeudi 12 juillet 2018

Sokobond (Steam) Draknek

Le principe de "Sokobond" se trouve tout entier dans son nom, qui est une contraction entre "Sokoban", le nom du fameux jeux de puzzles japonais de 1982 où l'on doit pousser des caisses dans un hangar vu du dessus, et "bond", qui veut dire "lier" en Anglais : on pousse donc ici des éléments qui, lorsqu'ils se frôlent, se lient entre eux si une de leurs liaisons est disponible - chaque élément peut avoir jusqu'à quatre liaisons possibles, le but du jeu étant de tout positionner de façon à ce qu'aucune liaison ne reste vacante.

Pour rendre son concept plus concret, "Sokobond" fait référence à la chimie, mais contrairement à ce que prétendent certains, on n'a besoin d'aucune connaissance en chimie pour jouer : les éléments du jeu comportent zéro, une, deux, trois ou quatre liaisons possibles et sont donc représentés respectivement par des atomes d'hélium, d'hydrogène, d'oxygène, d'azote et de carbone avec une quantité correspondante d'électrons disponibles, et les puzzles une fois résolus forment donc des molécules existant dans le monde réel, mais cette correspondance n'est pas nécessaire à la compréhension du jeu, les liaisons vacantes sont indiquées très clairement et tout est parfaitement lisible même si l'on ne tient aucun compte de cette thématique.

Comme dans tout bon jeu de puzzles, la difficulté de "Sokobond" se corse progressivement, les premiers puzzles sont très simples et n'utilisent que les mécaniques de base, puis d'autres mécaniques font petit à petit leur apparition : des puzzles exigent de créer plusieurs molécules au lieu d'une seule, et des zones spéciales surviennent au gré des niveaux, permettant de séparer des éléments liés, de pivoter une liaison de 90°, ou de créer une liaison multiple entre deux éléments. Ces quatre mécaniques sont les seules qui viendront pimenter les principes de base du jeu, mais combinées, elles renouvellent beaucoup la logique des puzzles.


Le level design de "Sokobond" est (et je pèse mes mots) franchement grandiose, situant le jeu dans le dessus du panier du genre. Un bon jeu de puzzles, c'est un jeu clair, avec des mécaniques bien compréhensibles, et des puzzles revêtant l'apparence de la simplicité alors qu'ils peuvent devenir extrêmement complexes. "Sokobond" remplit ces critères avec brio, réussissant à torturer cruellement nos méninges avec des aires de jeu de petite taille et très peu d'éléments à l'écran, parvenant à inventer de nouvelles situations et des solutions originales tout au long de ses 144 puzzles. Sur ce plan, "Sokobond" est une merveille d'ingéniosité.

En matière de présentation, "Sokobond" est agréable mais surtout très propre, la lecture de ses puzzles reste toujours absolument limpide. Certaines critiques Steam prétendent que le jeu exige l'installation d'Adobe AIR pour fonctionner, mais ça a sans doute été corrigé puisque j'ai pu jouer sans rien installer de spécial. La bande-son du jeu est aussi sobre que ses graphismes mais est autant efficace, instaurant une ambiance relaxante idéale pour un jeu du genre. Après la résolution d'un puzzle, le jeu fait un commentaire (seulement en Anglais, hélas) sur la molécule que l'on vient de reconstituer, ce qui est très sympathique.

En résumé, "Sokobond" est un jeu de puzzles d'excellente qualité, beaucoup plus travaillé que ses graphismes "petit jeu en Flash" ne pourraient le laisser croire, avec un niveau de level design et de conception spectaculaire. Hautement recommandé.

Aucun commentaire