jeudi 2 mai 2019

INK (Steam) ZackBellGames

"INK" est facile à décrire : c'est un hardcore platformer dans la veine de "Super Meat Boy", mais avec une ambition et un prix de "petit jeu" (tout y est très simple et géométrique), et avec un gimmick franchement sympathique - dans "INK", le décor est invisible jusqu'à ce qu'on l'asperge d'encre, ce qui se produit par simple contact avec notre héros (un carré blanc) ou avec ses ennemis, ou en projetant de l'encre lors de notre double saut, ou en mourant à proximité d'une paroi (on éclabousse alors les environs).

Ce gimmick est assez important pendant la première moitié de l'expérience et procure des sensations originales et agréables : on aurait pu croire que le décor invisible causerait de l'agacement ou des erreurs injustes, mais le level design est parfaitement conçu, très intuitif, et joue beaucoup sur le plaisir de la découverte. L'effet est visuellement très réussi et le jeu, alors qu'il est constitué de formes basiques, devient franchement beau grâce à cette superposition constante de couleurs. En plus de l'objectif de progression principal dans les trois mondes du jeu (chacun avec 24 niveaux plus un combat de boss, pour 75 niveaux en tout), on pourra aussi s'amuser à dénicher vingt pièces marquées d'un cœur ; cet objectif annexe est malin, la plupart des pièces (elles aussi invisibles et devant être aspergées) sont cachées logiquement et de façon satisfaisante.


Passé la seconde moitié du jeu, le gimmick de "INK" perd beaucoup de pertinence puisque les ennemis, les projectiles et les morts s'accumulent et le décor devient donc visible bien plus vite, mais le jeu reste un très bon hardcore platformer, et je me suis régalé jusqu'au bout. Certains joueurs se plaignent d'une maniabilité un petit peu raide et de la difficulté du troisième monde, mais à mon avis, la maniabilité est justement un des points forts de "INK" (sa raideur fait partie du défi, le level design est conçu autour), et j'ai beaucoup aimé la difficulté extrême de la fin, parfaitement dosée à mon avis.

J'ai gagné "INK" à 100% en quatre heures avec l'essentiel de ses succès (qui sont bien pensés, je ne compte ceci dit pas essayer les trois derniers qui exigent chacun de gagner un monde sans mourir), j'ai passé un très bon moment et je recommande "INK" à tous les amateurs de hardcore platformers.

Aucun commentaire