vendredi 3 mai 2019

Return of the Obra Dinn (Steam) Lucas Pope

J'ai beaucoup aimé "Papers, Please", le premier jeu commercial de Lucas Pope, et j'attendais donc avec impatience son second jeu, "Return of the Obra Dinn", d'autant plus que celui-ci avait l'audace d'être complètement différent. Le moins que je puisse dire, c'est que je n'ai pas été déçu.

"Return of the Obra Dinn" est un jeu très original mêlant aventure et réflexion ; en fait, le seul jeu qui pourrait lui ressembler à ma connaissance est ce bon vieux "Cluedo" : disparu en mer, le navire Obra Dinn revient avec un cadavre visible sur le pont et aucun survivant apparent parmi l'équipage de 60 personnes ; notre objectif sera de déterminer méthodiquement, pour chaque passager, l'emplacement de son décès, les causes du décès, et qui en est responsable.

Pour mener notre enquête, nous avons deux outils originaux à disposition : un livre qui se complétera au cours du jeu et qui fournit d'emblée la liste des passagers (noms et rôles à bord) ainsi qu'un plan du bateau et des croquis de l'équipage (sans noms), et une montre magique qui, activée devant un cadavre, nous immergera dans la scène de mort de l'individu.

L'effet est d'autant plus saisissant que le rendu graphique de "Return of the Obra Dinn" est très beau, entre un jeu d'aventure sur micro-ordinateur des années 1980 et une gravure du XIXème siècle (le jeu se déroule en 1807) : quand on remonte le temps pour voir une scène de mort, tout est figé, mais on peut se déplacer librement dans ce souvenir, donnant une impression paradoxale de mouvement alors que tout est immobile, un peu comme les effets du premier film "Matrix". Ces scènes spectaculaires révèlent de nombreux indices, qui petit à petit nous permettront de déduire qui est qui, et qui a fait quoi.


Au début du jeu, la plupart des portes et trappes du bateau sont verrouillées, mais en visitant des scènes de mort où celles-ci sont ouvertes, elles se déverrouilleront dans la réalité, comme par magie. Même chose pour les cadavres : quand un corps se trouve dans un souvenir et non dans la réalité, avoir visualisé le souvenir transmet une image fantomatique du cadavre sur le bateau. Tout se débloque ainsi petit à petit, avec au final toutes les scènes de mort directement accessibles.

Il ne faut pas s'inquiéter si on se sent perdu au début du jeu, c'est normal, on a juste besoin d'un peu de temps pour bien prendre ses marques. Les croquis de l'équipage inclus dans notre livre sont cruciaux pour réussir à nommer correctement tout le monde : très vite, on réalise que les uniformes, les groupes, les affinités visibles (souvent par nationalité) donnent de précieux indices, mais les scènes de mort et leurs dialogues sont bien sûr centraux - si dans un souvenir on voit quelqu'un avec une scie à la main dans le compartiment du charpentier, c'est que c'est le charpentier ou son assistant : en entendant les gens parler une certaine langue, s'appeler par leur prénom, etc. on pourra cerner des identités avec certitude ou en tout cas formuler des hypothèses sérieuses, et comme les réponses sont validées dès que trois d'entre elles sont correctes, beaucoup des destins de l'Obra Dinn pourront être déterminés sans que l'on ait forcément eu besoin d'être catégorique.

Tout ce gameplay est rafraîchissant et passionnant, percer petit à petit les secrets du navire et relier les drames y ayant eu lieu est incroyablement addictif. "Return of the Obra Dinn" est tout simplement un incontournable pour tous les joueurs aimant les jeux de réflexion et d'aventure, tant pour son gameplay que pour son travail artistique ou sa narration. Un grand bravo à Lucas Pope.

Aucun commentaire