jeudi 27 juin 2019

Flywrench (Steam) Messhof

"Flywrench", c'est en gros "Super Meat Boy" avec le gameplay d'un jeu à inertie ("Thrust" sur C64, "Gravitar" en salles d'arcade) : le jeu est difficile, on meurt très facilement et très souvent, mais on dispose de vies infinies, les niveaux sont courts et accessibles directement depuis un menu, et retenter sa chance se fait sans temps mort. La difficulté du jeu est ainsi compensée par une boucle d'essais très courte, et le défi est corsé sans générer de frustration.

"Flywrench" a du mérite puisqu'il existe depuis 2007, il a donc suivi la matrice du jeu hardcore avant qu'elle ne soit à la mode. Il fait aussi preuve d'un coup de génie : "Flywrench" est un jeu à inertie, à savoir que l'on doit y piloter un vaisseau soumis à la gravité en prenant soin de ne pas heurter les bords du terrain, mais la poussée ne se fait pas ici de façon traditionnelle - au lieu d'utiliser du carburant que l'on consommerait en pressant un bouton, on pilote notre vaisseau par à-coups comme un oiseau stylisé qui battrait des ailes, ce qui rend le jeu bien plus nerveux et plus délicat à contrôler, et aussi bien plus intéressant.

De plus, le vaisseau prend différentes formes qui le font changer de couleur : au repos il est blanc, après avoir battu des "ailes" et alors que l'on garde le bouton de poussée appuyé il devient rouge, et en utilisant un autre bouton, il tournoie sur lui-même pour se protéger de l'impact avec les bords jaunes du terrain (il rebondit alors au contact) et devient vert.


Or, les niveaux sont remplis de barrières de mêmes couleurs qui ne laisseront passer notre vaisseau que si il a la bonne forme, ce qui exige des réflexes en acier (ou une planification extrême), et ce qui constitue une bonne part du défi de "Flywrench".

Le jeu est généreux, avec neuf "mondes" (chacun est lié à une planète du système solaire) d'une vingtaine de niveaux chacun, et un long niveau de conclusion (lié au Soleil). En tout, cela fait plus de 170 niveaux, auxquels il faut ajouter ceux disponibles en ligne grâce à un éditeur. Attention cependant : les niveaux peuvent être extrêmement courts et ils sont très dépouillés, mais "Flywrench" conserve tout du long un défi de haute qualité et reste plutôt rejouable grâce à son mode contre la montre. La difficulté du jeu est très élevée mais raisonnable jusqu'à Mercure (la dernière planète avant le Soleil), où j'ai personnellement déclaré forfait : Mercure présente pour moi beaucoup trop de barrières colorées qui se succèdent, exigeant des réflexes au centième de seconde ainsi que des trajectoires réglées au millimètre, pour une expérience trop stricte et punitive à mon goût.

Je recommande néanmoins "Flywrench", avec lequel je me suis énormément amusé et qui en plus de son excellent gameplay offre une bande originale absolument fantastique (fournie gratuitement dans le répertoire d'installation du jeu au format Ogg).

Aucun commentaire